Ecologie : 5 faits qui montrent que nos parents y étaient plus sensibles

Notre époque et celle de nos parents étaient bien différentes, chacune possédant ses atouts et ses inconvénients. En matière d’écologie, nos parents étaient bien meilleurs aussi à Djibouti. Voici 5 faits qui montrent qu’ils étaient plus écolos que nous.

Nos parents, attentifs à l’écologie avant l’heure

Dans une société de consommation toujours en pleine vitesse, on constate aujourd’hui un retour vers un style de vie plus minimaliste. Les contraintes écologiques interrogent les individus sur leurs habitudes et pratiques de consommation. Et si c’était mieux avant ? Et si nos parents et grands-parents djiboutiens étaient meilleurs en matière d’écologie ?

Il faut dire que la vie de nos parents à Djibouti étaient très différentes de celle que nous menons actuellement. Ils avaient une vie plus simple, plus économique et surtout plus respectueuse de l’environnement. Ils pratiquaient, de manière instinctive, la sobriété, le consommer local, le zéro déchet et le faire soi-même.

Après avoir échanger avec ma mère, voici quelques pratiques de vie anciennes mais écolos que vous pourriez peut-être adopter :

Utiliser des paniers en osier

Il y’a 50 ans, notre environnement n’était pas envahi par le sac plastique. A la place, nos parents utilisaient des paniers en osier pour faire leurs courses au marché. En provenance du Yémen ou fabriqués à Djibouti selon le modèle, ils coûtaient pas chers.

Très solides, les paniers en osier se conservaient pendant longtemps. Biodégradables , écologiques, ils étaient aussi une alternative aux sacs plastiques qui représentent aujourd’hui un danger pour notre santé et notre environnement.

Femmes djiboutiennes au marché de la Place Raimbeau avec des paniers écologiques

Coudre ses vêtements, une démarche écologique

A Djibouti, en pratiquant la couture, nos parents étaient déjà bien plus attentifs à l’écologie que nous. Ils participaient en effet, sans forcément le savoir, à la mise en place d’une mode durable avec un impact environnemental moindre.

Je me rappelle que ma mère nous emmenait chez le couturier pour nous confectionner nos habits. Qu’il s’agisse du modèle, de la couleur ou de l’imprimé, on effectuait nos choix en feuilletant des magazines de mode pour enfants. C’étaient des vêtements de qualité qui duraient plus longtemps que ceux du marché.

Aujourd’hui, la production et la surconsommation de vêtements détruisent la planète. Le secteur du textile est le cinquième plus gros émetteur de gaz à effet de serre. On achète trop et trop souvent. La couture est donc le geste écologique adopter pour lutter contre le gaspillage vestimentaire.

sewing machine, couture, thimble
La couture par nos parents : leur réflexe écologique de l’époque

Réparer c’est lutter pour l’écologie, nos parents le faisaient déjà!

Nos parents à Djibouti savaient tirer le meilleur de leurs vêtements et de leurs chaussures. Alors que la plupart d’entre nous, jetons aujourd’hui nos affaires au moindre dégât, ils n’hésitaient pas à les réparer chez le couturier ou le cordonnier du coin. Ce qui par ailleurs faisait vivre ses petits métiers d’artisanat qui disparaissent de nos jours à Djibouti.

Pareil pour les appareils électroménagers, comme les réfrigérateurs qui en cas de panne, étaient réparés par des artisans-réparateurs installés près de l’Avenue 13 ou de la place Raimbeau à Djibouti ville. On retrouve encore aujourd’hui quelques locaux mais pas autant que dans le passé.

Un vêtement ou un accessoire que l’on répare, c’est moins de déchets, plus écologique et donc moins d’impact sur l’environnement. Pensez alors à faire réparer vos habits et vos appareils avant de vous en débarrasser.

Réparer c’est lutter pour l’écologie, nos parents le faisaient déjà

Cosmétique et écologie : rien de surprenant pour nos parents

Même dans leur routine soin, nos parents étaient plus écolos que nous.

Curcuma ou appelé en somali “houroud”, ghassoul ou henné, ils prenaient soin de leur peau et de leurs cheveux grâce à ces produits. Ils avaient l’avantage d’être naturels sans produits chimiques, mais étaient aussi beaucoup plus abordable que les cosmétiques du marché. Avec l’uniformisation des modes de vie, les cosmétiques industriels ont gagné une grande part du marché à Djibouti.

Cependant, partout dans le monde, les cosmétiques bio et naturels ont le vent en poupe. De plus en plus de personnes sont convaincues et choisissent des produits sains, bons pour la santé et l’environnement y compris à Djibouti où le marché est en plein essor. Nos parents avaient-ils déjà tout compris ? Facile, écologique et économique, les habitudes beauté de nos parents et de nos grands-parents sont dans tout les cas des bons gestes à adopter ou à réadopter 😉

Femme portant un masque de Houroud (curcuma)

Consommer moins pour polluer moins

Notre impact environnemental dépend du niveau de notre consommation de ressources naturelles et de notre production de déchets. On nous pousse cependant à consommer plus, en plus grosse quantité et à remplacer nos objets très vite.

Quand on y repense, le mode de vie de nos parents étaient à l’opposé de nos habitudes actuelles. Ils achetaient beaucoup moins que nous et évitaient le gaspillage. Ils avaient une consommation responsable et réfléchie et étaient la preuve que l’on peut vivre bien avec peu. Consommer moins, c’est faire des économies et gagner ainsi en qualité de vie. C’est aussi un geste écologique en faveur de la planète qui limite le gaspillage et la consommation de matières premières.

Mais nos parents avaient-ils conscience de leur penchant pour l’écologie ?

Est-ce que nos parents à Djibouti étaient véritablement dans une démarche écologique ? La réponse est probablement non.

Nos parents étaient convertis à l’écologie sans le savoir. Ils avaient un mode de vie plus modeste et moins gourmand non par choix mais sans doute par nécessité. Contrairement à nous, nos parents djiboutiens avaient moins de moyens et moins de choix de consommation. La conscience écologique actuelle est très différente, avec une jeune génération djiboutienne qui veut se détacher des modèles de consommation et de vie déjà établis. Elle a parfaitement conscience de l’aspect écologique de son combat.

Mais qu’ils en étaient conscients ou non, nos parents faisaient preuve d’un bon sens dans leurs habitudes de consommation. Rien ne nous empêche maintenant de nous en inspirer pour réduire notre empreinte écologique à Djibouti.

15 réflexions sur “Ecologie : 5 faits qui montrent que nos parents y étaient plus sensibles”

  1. Vous avez touché des points très importants qui sont la préservation de notre environnement et le savoir faire local que nous avons perdu.
    Votre article est beau, vos arguments me parlent et j’aimerais bien vous rencontrer pour voir ensemble comment nous pourrions sensibiliser notre population à l’environnement.
    Contacter

    1. Je suis très touchée et vous remercie beaucoup pour votre retour. la préservation de l’environnement est un sujet qui nous engage tous et toutes. Je serais ravie de pouvoir échanger avec vous également aussi.

  2. Bel article. A le mérite de lier écologie à nos coutumes et us djiboutiennes. Suscite éveil et curiosité à tout djiboutien hésitant aux dangers environnementaux et écologiques. Sans oublier les jeunes académiciens qui travaille sur un sujet écologique. Merci beaucoup chère consœur.

    1. Je suis heureuse de lire que l’article vous a plu. J’aime mon pays et j’aime par dessus tout la préservation de notre environnement aujourd’hui menacé par la pollution.
      Merci pour votre commentaire 🙂

  3. Une très belle écriture ! Une réflexion scientifique sur des sujets très importants et qui sont souvent relégués en deuxième ligne, mais qui sont l’avenir du pays. L’environnement, l’énergie, l’eau et les déchets sont des sujets à traiter et à remédier avec beaucoup d’intérêt.

    PS: J’écrivais sur Twitter un tweet et je vu votre tweet et votre lien par la suite. Merci de m’avoir ébloui par votre intérêt pour des sujets qui nous rassemblent et bien sûr pour un pays qui nous y est commun 🇩🇯. Pour le passage je suis un spécialiste de la gestion des déchets, j’ai un master en rudologie ( gestion des déchets) et de l’environnement. Si on peut partager et essayer de s’entraider sur des sujets comme celles-ci serait un plaisir.

    Merci encore pour tout Madame ! 😘✌️

  4. Merci beaucoup pour tous ses compliments. Ravie de savoir que cet article vous a plu. La gestion de l’énergie et des déchets sont des défis qu’il est impératif de relever.
    C’est encourageant de savoir que la jeunesse s’engage pour un meilleur environnement. Je serais ravie d’échanger avec vous 😊

  5. Nouradin IBRAHIM

    Je viens de découvrir votre blog ! Je le trouve bien complet et intéressant. Sensibiliser la société à l’urgence écologique, voilà une noble cause !

  6. Merci de nous avoir rappelé que nos parents étaient bien plus respectueux à l’environnement que nous.

  7. Intéressant votre blog, Madame !!
    J’ai adoré la rédaction autant que le sujet.
    Merci et je vous souhaite bonne continuation !!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *