nature, earth, sustainability

Écologie : c’est quoi exactement ?

Le Sommet de la Terre, la conférence des parties (COP), le protocole de Kyoto, l’Accord de Paris, depuis 25 ans, les sommets sur l’environnement se suivent sans réel impact. Entre ceux qui doutent de la réelle efficacité de ces réunions de délégations et ceux qui sont convaincus de leur bienfondé, il reste néanmoins que la question du changement climatique est une réalité et que le geste écologique s’impose aujourd’hui plus que jamais.

A quoi sert l’écologie ?

Le terme,inventé par Ernst Haeckel en 1866, qualifie la science qui étudie les interactions des organismes vivants (la biodiversité) avec le milieu dans lequel ils vivent et entre eux au sein de ce même environnement (l’écosystème). Elle a pour objectif est de comprendre la nature et de la protéger tout en faisant en sorte que l’homme puisse vivre en harmonie avec l’environnement qui l’entoure.

L’écologie moderne est née d’une prise de conscience des effets néfastes de l’activité humaine sur son environnement. Des millions de personnes souffrent déjà des effets des catastrophes immenses accentuées par le changement climatique :  sécheresse intensive, des hivers moins frais et des étés de plus en plus chauds. Ces phénomènes graves ne feront qu’accroitre si nous ne changeons notre rapport à l’environnement.

Le monde face à une crise écologique

Manifestation étudiante “Fridays For Future” pour le climat

” Il est clair que le changement climatique a déjà des conséquences pour les droits humains. Et que ces conséquences ne feront que s’aggraver dans les années à venir.

Voilà ce qu’a déclaré Kumi Naidoo, secrétaire général d’Amnesty International en marge de la manifestation pour le climat “Friday For Futures” initiés par la jeunesse dans le monde entier.

La crise écologique auquel fait face le monde actuellement est la conséquence des déséquilibres causés par l’activité humaine. Le réchauffement climatique, l’épuisement des ressources ou la pollution en sont des exemples concrets.

Si on prend le réchauffement climatique comme exemple, la responsabilité humaine ne fait plus guère de doute avec l’augmentation constante du dioxyde de carbone (CO2) émis par l’utilisation des énergies fossiles, l’agriculture intensive sans oublier la déforestation. Ces phénomènes perturbent l’équilibre du climat. On observe alors une hausse des températures, l’élévation du niveau de la mer et l’augmentation des catastrophes naturelles (tsunamis, typhons etc.). Tous ces éléments conjugués mettent en danger l’équilibre des écosystèmes et par la même occasion, la capacité de l’homme à vivre dans ces écosystèmes.

La survie de l’homme est-elle en danger?

Il est important de comprendre qu’un changement dans un écosystème déclenche des bouleversements dans d’autres écosystèmes et l’homme subit également les conséquences. Si nous prenons un exemple précis : l’utilisation des pesticides entraine une disparition des colonies d’abeilles. Or, la production de 36% de la nourriture tels que les fruits, les légumes et les céréales repose sur le travail des abeilles qui s’occupent de la pollinisation des plantes. C’est un constat désastreux pour l’agriculture et donc les sociétés.

L’écologie devient alors fondamentale car en protégeant l’environnement et la nature, elle permet de réduire les dégâts de la crise écologique et donc par extension d’assurer une meilleure protection nos sociétés. En effet, sans protection de l’environnement, la capacité des sociétés humaines à se développer et même à survivre pourrait être rapidement remise en cause. C’est la raison pour laquelle de plus en plus d’experts tendent à considérer l’écologie comme une priorité politique de premier plan et appellent à une transformation radicale des relations entre l’homme et son environnement.

Djibouti et Écologie?

Pollution plastique sur une plage à Djibouti

A l’instar des pays du monde, les Djiboutiens sont en train d’être sérieusement menacés par les dégâts environnementaux dûs aux activités humaines. Les populations rurales, déjà très vulnérables, sont les plus touchées avec notamment des périodes de sécheresses plus intenses et plus longues. En Octobre 2019, la sous-secrétaire aux affaires humanitaires des Nations Unis, Ursula Mueller, a attiré l’attention sur les conséquences désastreuses du changement climatique sur les villages situés en zone rurale. Elle a appelé la communauté internationale à soutenir Djibouti face à la crise climatique.

Ursula Mueller, Sous-Secrétaire générale aux affaires humanitaires en visite à un camp de réfugiés à Djibouti

En ville aussi, la hausse de la température se fait durement ressentir. La population fait face à des étés plus chauds et qui arrivent toujours un peu plus en avance. Les prémices d’une crise alimentaire ne font plus de doute avec la flambée des prix des légumes et de la viande. Tous ces phénomènes conjoints représente une menace pour la santé et le bien- être de milliers d’individus.

Il existe cependant quelques habitudes que vous pouvez changer pour aider la planète :

  1. Limiter l’utilisation de son véhicule pour les déplacements proches ( privilégier la marche ou le vélo )
  2. Choisir des climatiseurs plus écologiques et augmenter un peu plus la température dans la pièce
  3. Eviter de jeter ses bouteilles en plastiques dans la nature car la bouteille plastique met entre 100 à 1000 pour se décomposer
  4. Encourager la plante d’arbres pour réduire les gaz responsables du réchauffement climatique. La lutte contre le changement climatique est l’affaire de tous et les gestes écologiques afin de réduire notre impact environnemental s’avèrent plus que jamais nécessaires.    

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.