4 questions sur le changement climatique

Le 08 Décembre, on célèbre la journée mondiale contre le changement climatique. L’occasion pour nous de revenir sur cette menace devenue une réalité. Comment est-ce que le changement climatique fonctionne ? Quelles sont ses conséquences ? Pourquoi le changement climatique est au centre de tous les débats. Je réponds à 4 questions sur cette problématique planétaire.

Qu’est-ce que le changement climatique ?

On parle de changement climatique lorsque le climat global de la Terre connait une modification durable, sur une durée de dix ans au minimum.  Mais attention ! Le changement climatique ne se résume pas à une simple augmentation de la température moyenne. Il englobe d’autres paramètres comme les précipitations, les caractéristiques des vents ou l’humidité du sol qui changent également.

Selon, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), la température moyenne du globe a augmenté de 1ºC par rapport à la fin du XIXe siècle. En effet, depuis le début de l’industrialisation, les activités humaines rejettent des gaz à effet de serre augmentant leur concentration dans l’atmosphère. Ces gaz modifient alors l’équilibre thermique de la Terre avec des impacts considérables sur les sociétés et l’environnement.

Sécheresses, montée des eaux, canicule, tempêtes et inondations : le monde est confronté à une multiplication des évènements climatiques extrêmes. Quelles sont donc les effets de ce dérèglement climatique?

power plant, cooling tower, industry

Quelles sont les conséquences ?

Les effets du changement climatique sont d’ors et déjà perceptibles. Ils se traduisent par une hausse des températures moyennes et des niveaux des océans provoquée par la fonte des glaces. On observe aussi la multiplication d’événements climatiques extrêmes tels que les cyclones, les sécheresses, les pluies diluviennes, etc.

Ces variations climatiques finissent par mettre les sociétés en danger. L’exemple le plus flagrant est celui de l’agriculture affectée par un dérèglement climatique qui se traduit par des sécheresses successives et intenses. La sécurité alimentaire de centaines de millions de personnes qui dépendent de l’agriculture pour vivre, se retrouve alors menacée.

Les variations du climat touchent également la biodiversité. Les animaux et les plantes voient leurs cycles de vie perturbés et leurs espaces de vie dégradés. Des mesures rapides sont indispensables pour protéger la survie des hommes et des écosystèmes.

soil, land, dry

Tous les pays sont-ils concernés par le changement climatique ?

Les pays les plus peuplés et les plus industrialisés sont les plus gros émetteurs de dioxyde de carbone dans le monde. C’est donc sans surprise que l’on retrouve la Chine, les Etats-Unis et l’Inde en tête du classement des pays les plus pollueurs au CO2. En Europe, l’Allemagne émet le plus de CO2 à cause de sa forte dépendance au charbon.

En 2019, les émissions mondiales de CO2 ont atteint les 42,3 milliards de tonnes. Ils ne cessent de s’accumuler dans l’atmosphère et ont déjà provoqué un réchauffement climatique d’environ 1°C.

Les pays pauvres, quant à eux, contribuent peu à l’effet de serre mais sont les premiers victimes du changement climatique. Comme la majorité des pays africains, Djibouti est extrêmement vulnérable aux variations climatiques. Les pluies diluviennes qui ont causé une dizaine de morts en 2019 et plus récemment le cyclone Gaati démontrent le dérèglement climatique auquel le pays fait face.

Les pays riches, émetteurs de CO2 s’en sortent donc bien contrairement aux pays pauvres qui traversent des crises alimentaires et sanitaires. Pour en savoir plus à ce sujet, je vous invite à lire cet article “Emissions de CO2 : Les riches polluent, les pauvres en paient le prix fort”.

Image de la ville de Djibouti inondée en 2019 – Source de la Nation

Pourquoi le changement climatique est-il un sujet si controversé ?

Objet de toutes les attentions, le changement climatique suscite des débats du côté des scientifiques mais aussi dans le monde politique.

Certains scientifiques réfutent l’implication de l’homme, on les appelle les climato-sceptiques. Selon eux, les modèles de simulation du climat, en particulier ceux du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat sont trop incertains pour être absolus.

Parce que le climat est un système déjà assez complexe. Et parce que l’étude scientifique s’appuie sur des observations et des hypothèses, de nombreuses incertitudes demeurent quant à l’ampleur et aux impacts des changements climatiques. Ce qui engendre les critiques et alimentent encore un peu plus les débats.

Sur la scène politique aussi, on dénombre de nombreux climato-sceptiques qui soupçonnent leurs opposants de cacher des motivations politiques sous des arguments scientifiques. Le plus connu sans doute est l’ancien président des Etats-Unis, Donald Trump, qui a déclaré que le réchauffement climatique était un mythe à maintes reprises.

Néanmoins, malgré toutes les controverses, une grande majorité des scientifiques confirment la responsabilité de l’homme dans le changement climatique et appellent tous les pays à agir de toute urgence.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.